Dernière actualisation:
13-12-2020

Puissance nucléaire de chooz, fleuve Meuse, Ardennes, France

Conflit précoce contre la centrale nucléaire EDF (deux réacteurs de 1500 MW). La population locale les a refusé à cause de risques de pouvoir nucléaire. Cela a généré des démonstrations violentes et un sabotage. Les réacteurs ont été construits.



Description:

Jusqu'au début de 1960, Chooz était un petit village avec une population à prédominance rurale (environ 700 habitants). Les villes limitrophes sont Finsches, Givet, Rancenne, Ham-sur-Meuse ... dans le département des Ardennes, la France, sur la Meuse dans une panhandle dépassant la Belgique. $ En% commandé en 1967, la centrale ne fonctionnait pas aussi bien que prévu: des pannes et des dysfonctionnements multipliés. 1991 est la date de sa fermeture finale.
Dans les années 1970, les habitants se plaignent de plus en plus des cancers et de la leucémie dans cette région, et plus particulièrement dans la Pointe de Givet (près de la centrale électrique). $ À la fin de 1977, des rumeurs ont circulé sur la création d'une deuxième centrale de puissance de Chooz. Cela aurait deux réacteurs de 1 450 MW. $ Au cours des différentes consultations de la population (habitants de CHOOZ), une forte opposition au projet a rapidement émergé: par exemple, au début du mois de mars 1979, dans un bulletin de vote officiel, 64% de la Les électeurs ont dit non à une nouvelle usine. $ à partir de 1980, une longue lutte a commencé entre des groupes pro-nucléaires et anti-nucléaires. Les affrontements entre la police, le CRS (Compagnies Répouties de Sécurité) et des manifestants étaient de violence considérable. Les échanges de cocktails de Molotov, pavés, cailloux pour les bombes à gaz lacrymogène ou les grenades de chlore étaient récurrentes. Un jeu de vote a également commencé dans les différents conseils municipaux des municipalités environnantes. La politique s'est ensuite engagée dans le conflit.
La presse locale minimisait les faits, ne révèle pas la réalité des manifestations.
Une brochure de Cédric de Quieros, résumant la situation comme suit (à partir de 1997).
Ici une déclaration Fabriqué par le Comité de choo'h du quatrième jour de la deuxième enquête publique publique sur l'expropriation des terres:
et en colère parce que leur dignité humaine est piétinée. »[2]
Plusieurs marches anti-nucléaires reliant Chooz à Rivet ont été organisées des Belges et des côtés français et d'autres résidents locaux, où les manifestants se retrouvent régulièrement bloqués par des barrages routiers de la police. Victimes de la répression de la police, les activistes anti-nucléaires grossissent (par exemple, une perceuse est sabotée collectivement, des pièges pour la police, des attaques contre des convois).
% De fatigue face à la répression et à la violence, qui décourage beaucoup de gens. En savoir plus que la même année, la liste anti-nucléaire est venue derrière la liste pro-nucléaire des élections chooz. La population locale semble accepter la "fatalité". Principaux acteurs
% des forces de droit et d'ordre, qui ont réprimé les manifestations. Ensuite, EDF (Électricité de France) La société qui a construit l'usine et a été soutenue par l'État mais aussi par la presse. En effet, la presse n'a pas fait son travail d'information et à plusieurs reprises a dissimulé le conflit. La Sena (Société d'Énergie Nucléaire Franco-Belge des Ardennes) qui favorisait l'installation de la centrale électrique.
%%% %% Je me suis engagé à ne pas ouvrir de nouveaux sites de centrale nucléaire, en particulier à CHOOZ, avant que ce débat national soit conclu et les conditions de la démocratie sont remplies. »[3]
%% et
et%

Informations essentielles
Nom du conflit:Puissance nucléaire de chooz, fleuve Meuse, Ardennes, France
Pays:France
État ou province:Ardennes. Grand-Est
Localisation du conflict:Chooz
Précision de l'emplacementÉLEVÉE (Niveau local)
Origine du conflit
Type de conflit. 1er niveau:Nucléaire
Marchandises spécifiques:Uranium
Eau
Détails du projet et des acteurs
Détails du projet

Un réacteur nucléaire coûte entre 3 et 3,2 milliards d'euros.

Voir plus
Superficie du projet:200
Niveau d'investissement:7 091 358 000 (les deux réacteurs)
Type de populationSemi-urbaine
Population affectée:9 337 habitants
Début du conflit:01/05/1984
Fin du conflit:01/05/1984
Nom des entreprises privées ou publiques:EDF (Électricité de France) from France
Acteurs gouvernementaux pertinents:Le gouvernement de Pierre Maurooy, mis en place par le président François Mitterrand, a confirmé la construction des réacteurs.
Organisations pour la justice environnementale (et autres soutiens) et leurs sites internet, s'ils sont disponibles:Comités locaux
Conflit et Mobilisation
IntensitéHAUTE (généralisée, mobilisation de masse, violence, arrestations, etc...)
Niveau de conflitEn REACTION à son exécution (pendant la construction ou l'opération)
Groupes mobilisés:Agriculteurs
Ouvriers industriels
Paysans sans terres
Gouvernment local/partis politiques
Voisins/Citoyens/communautés
Femmes
Scientifiques/profesionnels locaux
Formes de mobilisation:Développement d'un réseau/action collective
Engagement d'ONG nationales et internationales
Lettres et pétitions officielles de doléance
Référendum/autres consultations locales
Sabotage
Manifestations de rue/protestations
Menaces d'utiliser les armes
Occupation de bâtiments/espaces publics
Argumentaire en faveur des droits de Mère Nature
Impacts du projet
Impacts EnvironnementauxVisible: Désertification/Sécheresse, Perte de paysage/dégradation esthétique, Pollution ou diminution des eaux souterraines, Autres impacts environnementaux, Inondations (fluviale, côtière, coulée de boue)
Potentiel: Pollution des sols, Pollution des eaux de surface / Baisse de la qualité (physico-chimique, biologique) des eaux
Autres impacts environnementaux- Décharges radioactifs des procédés de purification et de filtration utilisés dans les centrales nucléaires.
- Décharges thermiques: une centrale nucléaire produit de la chaleur, ce qui entraîne un réchauffement de l'environnement environnant - aquatique.
- Décharges chimiques: Celles-ci se trouvent dans l'eau utilisée pour refroidir la plante.
L'eau est filtrée avant d'être libérée dans la nature.
Impacts sur la santéPotentiel: Accidents, Exposition à des risques complexes aux conséquences inconnues ou incertaines (radiations, etc...), Maladies et accidents professionnels
Impacts socio-économiquesVisible: Militarisation et augmentation de la présence policière, Perte du paysage/sentiment d'appartenance au lieu
Résultats
Statut du ProjetOpérationnel
Résultats / réponses au conflit:Répression
Ciblage violent des activistes
Développement d’alternatives:Cependant, aujourd'hui, il y a encore une opposition non violente au nucléaire.
Le réseau "Sortirir du Nucleaire", l'association "Greenpeace", le collectif "Agir Pour l'environnement" (agissant pour l'environnement) travaillent pour un référendum pour finalement abandonner l'énergie nucléaire et promouvoir les énergies renouvelables (soleil, vent, bois) .
¿Est-ce que vous considérez que ce conflit représente un succès pour la justice environnementale ?Non
Expliquez brièvement:De 1983, nous voyons une baisse des manifestations, changement de mentalité.
Il y a une lassitude face à la répression et à la violence, qui décourage beaucoup de gens. D'autant plus que la même année, la liste anti-nucléaire est arrivée à la liste pro-nucléaire. La population locale semble accepter la "fatalité".

"Volontairement ou par la force, la plante de chooz sera construite .. [4]
Lavigne, préfet des Ardennes de Giscard - Déclaration en 1980 après l'enquête d'utilité publique agitée et le référendum de 1979.

Les travaux sur les réacteurs ont continué et l'opération a commencé en 1996-1997

En effet, dans ce cas, il n'y avait pas de justice environnementale, la centrale nucléaire a été construite.
Sources et documentation

[1] C. De Queiros,“Discussion de la mise en service annoncée de deux nouveaux réacteurs à la centrale nucléaire de Chooz”, Brussels, Belgium (03/1997).
[click to view]

[2] Chooz Committee, “Chooz, légitime violence…”, Chooz, France, (04/04/1981).
[click to view]

[3] François Mitterrand, letter, Paris, (21/04/1981).
[click to view]

[4] Lavigne, Prefect of the Ardennes of Giscard declaration (1980).
[click to view]

Conference paper, EDF (2019)
[click to view]

Sortir du nucléaire
[click to view]

La centrale nucléaire de Chooz (05/10/ 2008)
[click to view]

« Un récit de lutte de Chooz » (05/1998)
[click to view]

Centrale nucléaire de Chooz
[click to view]

Méta-informations
Dernière actualisation13/12/2020
ID du conflit:5187
Commentaires
Legal notice / Aviso legal
We use cookies for statistical purposes and to improve our services. By clicking "Accept cookies" you consent to place cookies when visiting the website. For more information, and to find out how to change the configuration of cookies, please read our cookie policy. Utilizamos cookies para realizar el análisis de la navegación de los usuarios y mejorar nuestros servicios. Al pulsar "Accept cookies" consiente dichas cookies. Puede obtener más información, o bien conocer cómo cambiar la configuración, pulsando en más información.