Dernière actualisation:
15-03-2018

Opposition à l'exploitation pétrolière et gazière, Nouvelle-Zélande

Les travailleurs et les environnementalistes s'allument de s'opposer à des prospections et aux forages de rivage en profondeur des géants de pétrole Chevron, Statoil et Shell. Ils rejettent l'utilisation des ressources nationales pour les bénéfices privés



Description:

Chevron est un nouvel entrant dans l'industrie pétrolière et gazière néo-zélandaise et a récemment été attribué à trois permis d'exploration offshore dans le bassin de Pegasus, en partenariat avec Statoil, une société norvégienne envisage de prospecter sur la côte nordique. Tous les trois permis sont pendant 15 ans et, dans les trois cas, Chevron est l'opérateur - et Chevron et Statoine ont chacun une part de 50% du permis. "[4] En réponse, les membres du 12 mai 2015 de l'Union maritime de la nouvelle La Zélande (Munz) et la Fédération internationale des travailleurs des transports (ITF) se sont réunies en dehors du consulat de la Nouvelle-Zélande à Perth à Perth et de leurs préoccupations sur Chevron accordaient un permis en Nouvelle-Zélande et d'alerter le public néo-zélandais aux mauvaises pratiques de Chevron, qui ont conduit à des conflits majeurs dans l'industrie pétrolière et gazière au large australienne et dans le monde entier.
et
et en fait Chevron est l'opérateur du projet Gorgon le plus important du GNL de GNL australien (gaz naturel LLING), sur la côte nord de l'Ouest de l'Ouest de l'Australie, qui a déçu des communautés locales en ne répondant pas aux engagements d'emplois locaux et aux entreprises locales, à une mauvaise sécurité et à d'autres conditions des travailleurs, des dépassements de coûts massifs et de la mauvaise gestion du projet dans sa phase de construction. [3] Par conséquent, une partette. R a été présenté au consulat pour le gouvernement néo-zélandais détaillant les inquiétudes des travailleurs à la route de Chevron. Il a déclaré: «Sur la base de l'expérience globale de Chevron, nous craignons que cette exploration ne soit pas dans l'intérêt supérieur de votre environnement naturel ou de vos familles locales. Chevron a un problème de comportement concernant l'histoire dans les communautés qui dépend de ses énormes profits. Cela fait des promesses sur les emplois, les avantages pour les communautés locales et la protection de l'environnement qui ne sont souvent pas satisfaits ». "Nous alerte le public néo-zélandais que cet opérateur dispose d'un record très douteux et des travailleurs australiens ont vécu cette première main." [4] En outre, ils prétendent que les ressources naturelles de la Nouvelle-Zélande devaient être utilisées au profit des travailleurs néo-zélandais et des personnes, et non simplement pour stimuler les bénéfices des opérateurs multinationaux. Union maritime de la Nouvelle-Zélande Secrétaire-Zélande Joe Fleetwood a déclaré que la présence de Chevron n'est pas accueillie par les travailleurs maritimes néo-zélandais: «Nos membres travaillent dans cette industrie, nous soutenons des forages responsables avec des normes de sécurité élevées, mais nous ne soutenons pas les entreprises qui ont un mauvais Record environnemental et agenda anti-travailleurs entrant dans notre secteur. " [3] Chevron a répondu sur son site Web qu'il a dépensé plus de 20 ans de systèmes d'expansion qui soutiennent une culture de la sécurité de la sécurité et de l'intendance de l'environnement qui s'efforce de réaliser des performances de classe mondiale et d'empêcher tous les incidents. Nous appelons cette excellence opérationnelle (OE), et cela conduit tout ce que nous faisons. Notre main-d'œuvre estime vraiment que les incidents sont évitables et que nous avons des politiques, des processus, des outils et des attentes comportementales en place pour nous aider à atteindre cet objectif. " [4] Jeudi 25 juin 2015 Quatre manifestants environnementaux de Greenpeace, des alpinistes expérimentés ont enfreint la sécurité au Parlement de la Nouvelle-Zélande en faisant échelle le toit et se perchent sur un rebord au-dessus de l'entrée principale. Ils ont levé huit panneaux solaires et ont déployé une bannière pour protester contre ce qu'ils ont dit était le manque d'action du gouvernement dans la promotion de l'énergie renouvelable et de faire face au changement climatique. La manifestation a commencé à l'aube et a continué tout au long de la matinée. La police a émis les quatre personnes avec des avis d'intrusion, mais les autorités ont déclaré avoir prévu de permettre aux manifestants de se connaître. La manifestation souhaitait insister sur la nécessité de prendre une action pro propre-énergie et d'encourager les gens à sortir d'une société basée autour des combustibles fossiles. [7] La ​​manifestation s'est poursuivie le 28 août 2015, lorsque les militants occupaient le parking du bâtiment du Conseil régional de la Northland pour s'opposer au forage de pétrole de la mer profonde. Le Conseil et son comité consultatif des Maoris se réunissaient à des portes closes avec des responsables gouvernementaux et de la Statoil, une société norvégienne envisage de prospecter sur la côte nord-Nord. Jusqu'à 100 personnes ont aligné la chaussée à l'extérieur du bâtiment du conseil et a repris le parking pour un rassemblement contre Statoil. Le militant de Greenpeace et le militant vétéran Mike Smith ont dirigé la manifestation, qui attirait le Maori et le Pākehā de tous âges et de toutes les parties du nord. Les gardes de sécurité ont gardé tout le monde, mais le personnel et les invités sont invités, à l'intérieur, aux membres du comité du Conseil et du comité maorien ont grillé aux fonctionnaires du gouvernement sur la réglementation des activités de la Statoil. Les manifestants ont manqué de voir des représentants de Statoil parce qu'ils ont été emportés dans le bâtiment du conseil par la porte arrière. Mais les objectifs ont laissé une carte d'appel: un poisson mort à la porte d'entrée. [2] La société Shell est également impliquée dans le forage pétrolier en Nouvelle-Zélande. Le 1er octobre 2015, bien que Shell a quitté leurs plans de percer dans le Grand Bassin Sud Southern en Nouvelle-Zélande. Greenpeace Camariateur du climat et de l'énergie de Nouvelle-Zélande Steve Abel a déclaré: «Les plans de forage en mer profèges du National échouent. L'effondrement du prix du pétrole a amené l'industrie à ses genoux dans le monde entier comme des plans de forage dangereux et coûteux, y compris la mer profonde, sont en conserve. Dans la même semaine que Shell a abandonné ses projets de forer dans l'Arctique, il a mis son offre imprudente à percer en Nouvelle-Zélande sur la glace. Nous pensons qu'il est très peu probable que Shell revienne. " dit Abel. Mais il a continué: "Mais le combat pour arrêter de forcer la mer profonde dans nos océans n'est pas fini. Nous avons toujours la Statoil et Chevron désirent percer, mais ils sont confrontés à une opposition locale plus grande et plus grande. Il y a actuellement 13 campagnes communautaires locales pour faire pression sur les conseils régionaux pour rejeter la "offre de blocs de bloc 2016" dans la consultation actuelle avec IWI et les conseils. " [6] En fait de cette période, la campagne "blockoffer" a été lancée et a été ouverte jusqu'au 30 octobre 2015 et tout autour des peuples néo-zélandaises, au moyen d'un processus de soumission, disaient à leurs conseils locaux de dire non à l'offre de blocs et Non à l'huile de mer profonde [9]. Le 24 novembre 2015, cinq militants de Greenpeace ont pris d'assaut un navire de gouvernement néo-zélandais à Wellington et qui lui ont été enfermés, après avoir découvert qu'il cherchait du pétrole. Greenpeace a déclaré que l'Institut national de la recherche sur l'eau et de l'atmosphère (NIWA) Bateaux de recherche financé par les contribuables et océaniques, Tangaroa, a été réaménagé à un coût de 24 millions de dollars pour l'exploration pétrolière et gazière et acheminait du pétrole sur la côte est du North Island au nom de Petroleum Giants Statoil et Chevron. En réponse, trois activistes ont été embarqués sur le navire et se sont enfermés au sommet de son mât, tandis que deux autres ont été fixés au pont. Les alpinistes se préparaient à se dérouler à une bannière en forme de voile du mât, à la lecture: "grimper le changement", tandis que les deux militants restants avaient attaché d'autres bannières sur le bateau avec le même message. La Tangaroa se préparait à quitter Wellington Harbour, où elle avait fait un arrêt de fosse, pour continuer l'exploration pétrolière [5].
Et
et

Informations essentielles
Nom du conflit:Opposition à l'exploitation pétrolière et gazière, Nouvelle-Zélande
Pays:Nouvelle Zélande
Localisation du conflict:Bassin de Pegasus
Précision de l'emplacementBASSE (Niveau national)
Origine du conflit
Type de conflit. 1er niveau:Combustibles Fossiles et Justice Climatique/Energie
Type de conflit: 2ème niveau:Exploration et extraction de gaz et de pétrole
Marchandises spécifiques:Pétrole brut
Gas naturel
Détails du projet et des acteurs
Détails du projet

Chevron a exploité dans le secteur aval de Nouvelle-Zélande depuis plus de 90 ans et prévoit de continuer à s'appuyer sur ces relations avec les communautés et le gouvernement. Les trois permis d'exploration pétrolière - 57083, 57085 et 57087 - dans les bassins de la côte de Pegasus et de la côte est, couvrent plus de 6,26 millions d'acres (25 300 km²), dans un bassin frontalier avec des profondeurs d'eau allant de 2 600 mètres (800 m) à 9 800 pieds (3 000 m) et sont situés au sud-est de North Island. Chevron New Zealand Exploration Ltd. sera l'opérateur des blocs avec un intérêt de 50% de travail. Statoil tiendra les 50% restants d'intérêt. [1] Le navire du gouvernement néo-zélandais à Wellington, Tangaroa, a été réaménagé à un coût de 24 millions de dollars pour l'exploration pétrolière et gazière. [5]

Type de populationUrbaine
Début du conflit:0000
Nom des entreprises privées ou publiques:Statoil from Norway
Chevron from United States of America
Royal Dutch Shell (Shell) from Netherlands
Organisations pour la justice environnementale (et autres soutiens) et leurs sites internet, s'ils sont disponibles:Membres de l'Union maritime de la Nouvelle-Zélande (Munz); Fédération internationale des travailleurs du transport (ITF); Paix verte
Conflit et Mobilisation
IntensitéMOYENNE (manifestations de rue, mobilisation visible)
Niveau de conflitRésistance PREVENTIVE (suivant le principe de précaution)
Groupes mobilisés:Travailleurs informels
Organisations internationales pour la justice environnementale
Syndicats
Formes de mobilisation:Actions artistiques et créatives (par exemple théâtre par les guerillas, fresques murales)
Blocus
Lettres et pétitions officielles de doléance
Campagnes publiques
Manifestations de rue/protestations
Occupation de bâtiments/espaces publics
de nombreuses campagnes locales avec des signatures
Impacts du projet
Impacts EnvironnementauxVisible: Réchauffement climatique
Potentiel: Perte de biodiversité (animaux sauvages, diversité agro-écologique), Pollution des sols, Déversements de pétrole, Pollution des eaux de surface / Baisse de la qualité (physico-chimique, biologique) des eaux, Perturbation à grande échelle des systèmes hydrauliques et géologiques, Perte de paysage/dégradation esthétique
Impacts sur la santéPotentiel: Accidents, Maladies et accidents professionnels
Impacts socio-économiquesPotentiel: Manque de sécurité de l'emploi, absentéisme au travail, licenciements, chômage, Problèmes sociaux (alcoolisme, prostitution, etc...), Augmentation de la corruption/cooptation de différents acteurs
Résultats
Statut du ProjetPlannifié (décision prise de poursuivre le projet, par exemple l'EIE a été réalisé)
Résultats / réponses au conflit:En cours de négociation
¿Est-ce que vous considérez que ce conflit représente un succès pour la justice environnementale ?Pas sur
Expliquez brièvement:Les manifestations ont ralenti le plan prévu de trois permis d'exploration offshore dans le bassin de Pegasus de Chevron et de Statoil et la situation est maintenant en cours de négociation.
Sources et documentation
Références - de livres publiés, articles académiques, films ou documentaires publiés

Philosophy & Praxis of Non-Violent Direct Action From (past) Indigenous Resistance To (present) Environmental Campaigning In Aotearoa – New Zealand
[click to view]

THESIS: Moreno Ibáñez Marta, THE ENVIRONMENT AS A SPACE FOR POWER-RELATED DISPUTES. Offshoreoilexploration in New Zealand: A clash between corporate interests, governmental agenda and indigenous peoples’ rights, 23 May 2013; Abstract: http://munin.uit.no/handle/10037/5324
[click to view]

[1]Chevron.com, Chevron Acquires Blocks Offshore New Zealand, December 2014
[click to view]

[2]Lois Williams, Deep-sea oil drilling protest in Northland, Radionz, 28 August 2015
[click to view]

[3]Perth protest rally targets Chevron’s New Zealand operation, 13 May 2015
[click to view]

[4] Maorielevision, Protestors against Chevron take concerns to NZ consulate in Perth, 13 May 2015.
[click to view]

[5]Greenpeace.org, Greenpeace activists occupy Government climate ship caught searching for oil, Greenpeace, November 24, 2015
[click to view]

[6] Shell quits Southern drilling plans - wheelscoming of government programme, Greenpeace, October 1, 2015
[click to view]

[7] Theguardian,New Zealand Greenpeace protesters scale parliament roof, The guardian, 25 June 2015
[click to view]

[8]

Greenpeace activists convicted but receive no further punishment over 10-hour occupation of theTangaroa, Greenpeace, February 11, 2016

http://www.greenpeace.org/new-zealand/en/press/Greenpeace-activists-convicted-but-receive-no-further-punishment-over-10-hour-occupation-of-the-Tangaroa/
[click to view]

[9]TOKO hosted by Greenpeace, BLOCK THE OFFER
[click to view]

Chevron New Zealand
[click to view]

New Zealand Petroleum & Minerals, Block Offer 2016
[click to view]

Médias d'intérêt - liens vers des vidéos, des campagnes, des réseaux sociaux

Listen to Northland reporter Lois Williams on Checkpoint
[click to view]

Maoritelevision, Protestors against Chevron take concerns to NZ consulate in Perth, 13 May 2015
[click to view]

Autres documents

Theguardian,New Zealand Greenpeace protesters scale parliament roof,25 June 2015

http://www.theguardian.com/world/2015/jun/25/new-zealand-greenpeace-protesters-scale-parliament-roof
[click to view]

Méta-informations
Collaborateur:Myriam Bartolucci, EjAtlas internship researcher, [email protected]
Dernière actualisation15/03/2018
ID du conflit:2251
Commentaires
Legal notice / Aviso legal
We use cookies for statistical purposes and to improve our services. By clicking "Accept cookies" you consent to place cookies when visiting the website. For more information, and to find out how to change the configuration of cookies, please read our cookie policy. Utilizamos cookies para realizar el análisis de la navegación de los usuarios y mejorar nuestros servicios. Al pulsar "Accept cookies" consiente dichas cookies. Puede obtener más información, o bien conocer cómo cambiar la configuración, pulsando en más información.