Dernière actualisation:
02-08-2017

Surpêche de la mer industrielle, Mauritanie

La côte riche de 750 km de Mauritanie accueille une zone économique exclusive, exploitée par de nombreux acteurs engageant des pratiques de pêche juridique et illégale. La surpêche est soutenue par les politiques néocoloniales de l'UE et une nouvelle présence chinoise.



Description:

La Mauritanie existait depuis longtemps en tant qu'adravail en République soutenu par les revenus externes gagnés de l'exploitation minière, de la pêche, du pétrole et de l'aide internationale (Magrin et al. 2011). Comme la majorité de la Mauritanie est un pâturage permanent (38,1%), la population majoritaire de la majorité du pays des nomades berbères et arabes a eues au début de la population coloniale basée à l'économie sur le commerce du sel saharien. Un développement plus récent a entraîné une expansion du pétrole, du gaz naturel et des minéraux (minerai de fer, or, cuivre, gypse et roche phosphate), qui fournissent 13% à 30% du total des recettes de l'état (2006-2016), selon le Factbook mondial de la CIA (2017). Malgré la richesse, le facteur le plus fort de l'économie aux fins de la consommation locale et des exportations est le poisson. La côte de la Mauritanie est une région de mise bas adulte de la productivité biologique élevée. La Côte mauritanienne possède des niveaux de biodiversité élevés, promouvant un commerce de la pêche en plein essor, dont la loi doit être vendue par la Société Mauritanienne de la Commercialisation de Poissons (SMCP). Les côtes du pays font partie des zones de pêche les plus riches du monde et la pêche représente 25% des revenus budgétaires et du PNB, 50% des gains en monnaie étrangère, 70% des 100 000 tonnes de production annuelle exportée annuellement (Magrin et al. 2011 ). La pêche, à son tour, génère 45 000 emplois représentant 36% de tous les emplois. Toutefois, en raison des défaillances politiques de la part du gouvernement mauritanien, la surpêche menace la biodiversité côtière de la Mauritanie et les moyens de subsistance de la pêche des personnes qui dépendent de cela. Nombre de dollars cependant, malgré cette règle de la pratique de l'attraper et de les tuer pour leurs ailerons continue non éclairé. Catch illégal: les lois visant à protéger l'écosystème marin sont simultanément bafouées par de multiples acteurs exploitant la zone, principalement aux fins des bénéfices d'exportation. Au sein de la Banque d'Arguin, des géants de la pêche étrangère, de circonstruire les réglementations de pêche utilisent des navires plus petits (et parfois locaux) pour pénétrer dans les eaux restreintes, ce qui transporte ensuite leur capture à des navires plus importants connus sous le nom de "Reefers", le poisson est gelé et stocké Avec des poissons surpris légalement, indemnisent suffisamment la capture comme «légale» pour les marchés européens. Selon Alfonso Daniels de l'Institut d'outre-mer (ODI), qui étudie la pêche illégale en Afrique de l'Ouest, plus de 84% des poissons illégaux ont été extraits de cette manière (Daniels 2016). De plus, l'Agence d'exportation de l'Etat, le SMCP n'a pas vu les bénéfices de ceux-ci et d'autres poissons quittant la région, comme le montre une baisse de 28,5% des reçus de 2012 à 2013, tandis que les exportations de la même année ont augmenté de 20%. Les pêcheurs locaux ont vu des baisses radicales dans la pêche, les poussant à voyager plus loin pour trouver leur capture (Magrin et al, 2011).
Et
et autres activités illégales découle de chalutiers qui signalent déshonnêtement leur prise ou ce qui est renvoyé dans l'océan. À la suite de la surpêche, des organisations politiques locales ainsi que des organisations internationales telles que Greenpeace ont fait campagne contre des chalutiers de pêche étrangers et des taux de dommages élevés aux pêcheries. Les grands chalutiers commerciaux peuvent traiter et congeler jusqu'à 250 tonnes par jour. Les Chinois possèdent plus de 400 flottes de pêche en activité sur la côte ouest de l'Afrique, dont la majorité utilise le chalutage de fond pour leurs prises de capture ou leurs pratiques illégales. Un rapport de mai 2015 exposé 74 navires de pêche à l'eau distants chinois qui pêchaient sans autorisation dans des eaux interdites et falsifier leur tonnage de navire (Coulibaly 2015). De plus, entre 2001 et 2006 et 2011 à 2013, Greenpeace a documenté 183 cas illégaux, non déclarés et non réglementés impliquant des navires chinois dans la région de l'Afrique de l'Ouest (ibid.).

Informations essentielles
Nom du conflit:Surpêche de la mer industrielle, Mauritanie
Pays:Mauritanie
État ou province:Dakhlet Nouâêmin
Localisation du conflict:Parc national de la Banque du Arguin
Précision de l'emplacementMOYENNE (Niveau régional)
Origine du conflit
Type de conflit. 1er niveau:Conflits relatifs à la Terre et à la Biomasse (Fôrets, Agriculture, Zones de Pêche, Gestion du Bétail)
Type de conflit: 2ème niveau:Aquaculture et zones de pêche
Marchandises spécifiques:Crevettes
Animaux vivants
Poisson
Détails du projet et des acteurs
Détails du projet

Le gouvernement de la Mauritanie a pris plusieurs mesures pour apporter plus de durabilité et de transparence à ses partenariats de pêche. L'adoption de l'initiative de transparence de la pêche (FITI) a été l'exemple, qui vise à éliminer la dépendance à des contrats de pêche plus secrets plus susceptibles de contribuer à la surpêche. À son tour, plusieurs accords ont été accompagnés de l'Union européenne exige que les sociétés de pêche suivent les politiques de l'UE, ce qui pourrait potentiellement mettre en place un cadre juridique plus protecteur, tout en donnant aux navires européens l'accès aux zones de pêche abondantes sur le paiement de la base d'accès. L'Accord UE-Mauritanien 2006 a été mis en place un paiement pour le régime d'accès maritime. Pour seuls les chalutiers avec conteneurs de congélation à bord, le tonnage maximal au titre de l'accord de 2006 a été fixé à 440 000 tonnes par an. En contrepartie, 86 millions d'euros par an sont versés dans un seul récit dans le Trésor public de la Mauritanie, dont 11 millions doivent être alloués à l'élaboration de politiques de pêche et 1 million devraient être attribuées à la gestion de la Banque d'Arguin. Le GOM a toute la discrétion quant à l'utilisation à laquelle l'argent est mis. Avec la demande dans l'UE pour le poisson augmente à un taux de 6% par an depuis 2009, l'accord a été prolongé en juin 2016 (Lorenz et Koigi 2016). La nouvelle affaire de l'UE avec la Mauritanie permettrait à 100 navires de pêche de l'UE (y compris des chalutiers) dans les eaux de la Mauritanie en échange de soutien à l'industrie de la pêche mauritanienne. Les navires de l'UE seront autorisés à pêcher pour les crevettes, les poissons de démersie, le thon et les petits poissons pélagiques dans la zone économique exclusive de la Mauritanie à un total d'environ 280 000 tonnes par an. Pour les captures, l'UE va payer la Mauritanie 59,125 millions d'euros par an et 4,125 millions d'euros pour soutenir le développement de la politique de la pêche sectorielle de la Mauritanie (UE 2016). Les navires pêchant sur la côte de la Mauritanie sont en vertu de la politique de la pêche commune de l'UE, qui fournit un cadre juridique plus fort pour défendre la ressource de pool commune. Alternativement, l'arrangement de la Chine avec le gouvernement mauritanien a rencontré de lourdes plaintes d'organisations mauritaniennes et internationales. Les Chinois, qui ont signé un contrat en 2010 qui leur permettait d'entretenir illimité des eaux de la Mauritanie en échange de la construction d'une usine de transformation du poisson (également qui profitera aux entreprises chinoises) constitue un acteur principal de pratiques de pêche illicites et destructrices en Afrique de l'Ouest. Pour acquérir la légitimité, les ont occupé un modèle de partenariat local, embauchant des sociétés de pêche locales afin de justifier leurs méthodes invasives dans les eaux mauritaniennes. Cependant, leurs méthodes de pêche sont équivalentes à celles qui ont appauvri leurs propres eaux de pêche au cours des dernières années, notamment l'exploitation de la Banque des zones de frai fragiles et importantes de la Banque des Arguin (en 2014, le gouvernement a modifié le code de la pêche pour permettre la pêche dans des zones artisanales à tous. Les bateaux inférieurs à 15 mètres, ouvrant essentiellement ces zones restreintes aux bateaux de pêche chinois). Outre ces violations, les navires chinois paient des travailleurs moins que les flottes mauritaniennes locales, offrant un double coup à l'écologie et à l'économie de la nation. Enfin, avec la capture considérée comme une corbeille pour le marché international, les Chinois ont développé plus de 10 usines de farine de poisson hautement polluantes sur la Mauritanie continentale de la ville de Nouadhibou (Baxter et Wenjing 2016). Malgré la plus grande transparence des accords de pêche de l'UE, le système de rémunération d'accès sert essentiellement de revendication néo-coloniale au patrimoine naturel de la Mauritanie. Cependant, les accords d'exploitation les plus «secrets» forgés avec les Chinois montrent des signes indiquant que les pratiques actuelles pouvaient essentiellement épuiser la ressource. Dans les 25 années d'investissement de l'UE dans le secteur de la pêche local de la Mauritanie, très peu de progrès dans la politique de la pêche, la protection et le développement du secteur ont été démontrés. Ainsi, l'UE et les politiques chinoises représentent à la fois des processus qui limitent ce qui est l'une des sources les plus importantes du pays de richesse soutenue. Des efforts visant à usurper ce schéma de développement négatif ont été réalisés, principalement selon les processus de pratique démocratique dans cette nation très autocratique (Tesch 2007). En 2005, le ministre des Pêches a choisi d'interdire le retour de la pêche irlandaise Trawler Dawn Atlantic Dawn au cours des Pêches de l'UE avec la Mauritanie. Le Super Chawler (renommé Annelies Ilena) avait déjà été interdit de nombreuses eaux du monde entier, en raison de sa taille et de sa consommation potentielle. Le navire mesure plus de 145 mètres de long, avec un potentiel de capture de 14 055 tonnes et la capacité de geler 7 000 tonnes de poissons. Après un tollé des pêcheurs locaux sur le potentiel du navire pour détruire leurs moyens de subsistance, le navire a été interdit en 2000 et 2006 dans les eaux mauritaniennes (Clancy 2015). Deuxièmement, les dirigeants du parti d'opposition, Le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) ont publié de multiples déclarations condamnant les politiques de pêche destructrices du gouvernement mauritanien. Il est recommandé que les ONG internationales et les autres continuent d'étudier les impacts de l'industrie de la pêche sur les écosystèmes côtiers.

Superficie du projet:1 200
Type de populationRurale
Population affectée:1,260 000 (36% de la population)
Début du conflit:01/06/2010
Nom des entreprises privées ou publiques:SCAC Network LImited (SCAC) from China
POLY TECHNOLOGIES INC from China
Acteurs gouvernementaux pertinents:Société Mauritanienne de la Commercialisation de Poissons (SMCP) Parc national de la Banque d'Arguin (PNBA)
Institutions Internationales et FinancièresEuropean Union (EU)
UNESCO - United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) from France
Organisations pour la justice environnementale (et autres soutiens) et leurs sites internet, s'ils sont disponibles:Greenpeace Iucn Parc National Du Banc d'Arguin - (http://www.pnba.mr) ailes sur les zones humides (WOW) - (http://wow.wetlands.org/aboutwow/welcome/tabid/122/Language/fr -Us / Default.aspx) Wetlands International (Office de Dakar) - (http://www.wetlands.org/africa/fr/index.aspx)
Conflit et Mobilisation
IntensitéBASSE (un peu d'organisation au niveau local)
Niveau de conflitEn REACTION à son exécution (pendant la construction ou l'opération)
Groupes mobilisés:Communautés autochtones ou traditionnelles
Organisations internationales pour la justice environnementale
Organisations locales pour la justice environnementale
Gouvernment local/partis politiques
Groupe ethnique imraguen
Pêcheurs
Formes de mobilisation:Rédaction de rapports alternatifs/Création de savoirs alternatifs
Engagement d'ONG nationales et internationales
Militantisme s'appuyant sur les médias/médias alternatifs
Lettres et pétitions officielles de doléance
Campagnes publiques
Impacts du projet
Impacts EnvironnementauxVisible: Perte de biodiversité (animaux sauvages, diversité agro-écologique), Pollution des eaux de surface / Baisse de la qualité (physico-chimique, biologique) des eaux
Potentiel: Insécurité alimentaire (dommages aux cultures), Perte de paysage/dégradation esthétique, Autres impacts environnementaux
Autres impacts environnementauxPêche aux requins pour les ailerons et de nombreuses autres menaces pour la biodiversité marine en raison de la surpêche industrielle
Impacts sur la santéPotentiel: Accidents, Malnutrition, Problèmes mentaux incluant le stresse, la dépression et le suicide, Violence liée aux impacts sru la santé (homicides, viols, etc...), Maladies et accidents professionnels
Impacts socio-économiquesVisible: Augmentation de la corruption/cooptation de différents acteurs, Perte des moyens de subsistence
Potentiel: Augmentation de la violence et des crimes, Manque de sécurité de l'emploi, absentéisme au travail, licenciements, chômage, Perte du savoir/pratiques/cultures traditionnels.lles, Militarisation et augmentation de la présence policière, Problèmes sociaux (alcoolisme, prostitution, etc...), Violations des droits de l'homme, Autres impacts socio-économiques
Résultats
Statut du ProjetOpérationnel
Résultats / réponses au conflit:Renforcement de la participation
Développement d’alternatives:Développement de l'écotourisme: «Le projet WOW a contribué à renforcer les capacités locales de l'écotourisme ornithologique dans le parc national de Banc d'Arguin. Capitaliser sur les nouvelles opportunités créées par le marché international de l'écotourisme, le projet a porté sur le développement d'un programme de guidage de la nature pour la population locale d'Imraguen . Près de 20 Imraguen de différents villages ont été sélectionnés pour subir une formation linguistique intensif et participer à un cours de guidage spécial comprenant une composante ornithologique combinée à la géographie, à l'histoire et à l'écologie du parc national du Banc d'Arguin. Pour maximiser la Le potentiel du parc, l'équipe de terrain a également travaillé pour améliorer l'infrastructure de tourisme locale, a mené une analyse de marché pour cibler le potentiel de tourisme de manière meilleure et a travaillé en étroite collaboration avec les voyagistes internationaux pour élever le profil du parc national de Banc d'Arguin comme destination de tourisme ornithologique. " (http://wow.wetlands.org/handson/mauritania/tabid/129/Language/en-us/default.aspx)
¿Est-ce que vous considérez que ce conflit représente un succès pour la justice environnementale ?Non
Expliquez brièvement:Les exigences des militants internationaux et locaux n'ont pas été satisfaits, ni le statu quo des entreprises sur latérar à la pêche. Celles-ci incluent les revendications suivantes: 1. Greenpeace recommande une halte immédiate à des pratiques de pêche illégales et que des sociétés de Chine et d'Europe se tiennent à leurs propres politiques de pêche protectrice à l'échelle nationale afin de mieux maintenir la pêche mauritanienne. 2. La Fédération de la RFD (Parti politique local) exige que le gouvernement et les citoyens réagissent de manière défavorable au traitement spécial du gouvernement de la société chinoise Poly-Hondone Pélagic Fishery Co., qui donne à la société les droits de pêche illimités à toutes les eaux mauritaniennes.
Sources et documentation
Législation et textes juridiques pertinentes et liés au conflit

(Minister of Finance 2008) A na l y s e du s e c t eur de s

pê che s e t de l ’ aqua cultur e

dans l e nouv e au cont e x t e
[click to view]

FISHERIES PARTNERSHIP AGREEMENT between the European Community and the Islamic Republic of Mauritania
[click to view]

2006 update to laws relative to Banc d'Arguin
[click to view]

Références - de livres publiés, articles académiques, films ou documentaires publiés

(ODI 2016) Western Africa’s missing fish
[click to view]

Greenpeace 2015 - AFRICA’S FISHERIES’ PARADISE AT A CROSSROADS
[click to view]

Banc d'Arguin National Park Website
[click to view]

EU accused of exporting problem of overfishing with Mauritania deal
[click to view]

(IUCN 2014) Mission de suivi réactif Parc national du Banc d’Arguin (Mauritanie)
[click to view]

(EU 2016) New four-year EU-Mauritania fisheries deal
[click to view]

(Baxter and Wenjing 2016) In photos: China’s distant water fishing industry is now the largest in West Africa
[click to view]

(Coulibaly 2015) New evidence shows Chinese, West African governments must rein in rogue fishing fleet
[click to view]

(Ecologist 2003) Atlantic Dawn
[click to view]

(Greenpeace 2013) West African Fishing Communities Say 'No' to Monster-Boats
[click to view]

(Clancy 2015) Skipper of world’s largest trawler convicted of breaking fishing rules
[click to view]

(Bourdon and Essemlali 2014) Accord de pêche Mauritanie – Chine: Le cri d’alarme de la société civile auprès de l’UE et du gouvernement Mauritanien
[click to view]

(Greenpeace 2017) Greenpeace reveal new cases of bad fishing practices in West Africa
[click to view]

Mullet botargo and the women of Imraguen
[click to view]

(Lorenz and Koigi 2016) Mauritania fisheries deal receives mixed response
[click to view]

Médias d'intérêt - liens vers des vidéos, des campagnes, des réseaux sociaux

Petition to STOP the China Fishing Deal Disaster in Mauritania
[click to view]

Declaration of the RFD condemning government fishing policies
[click to view]

(Sherpa Press Release 2014) Accord de pêche Mauritanie – Chine: Le cri d’alarme de la société civile auprès de l’UE et du gouvernement Mauritanien
[click to view]

Méta-informations
Collaborateur:Julie L. Snorek, EJAtlas, [email protected]
Dernière actualisation02/08/2017
ID du conflit:2884
Commentaires
Legal notice / Aviso legal
We use cookies for statistical purposes and to improve our services. By clicking "Accept cookies" you consent to place cookies when visiting the website. For more information, and to find out how to change the configuration of cookies, please read our cookie policy. Utilizamos cookies para realizar el análisis de la navegación de los usuarios y mejorar nuestros servicios. Al pulsar "Accept cookies" consiente dichas cookies. Puede obtener más información, o bien conocer cómo cambiar la configuración, pulsando en más información.