Dernière actualisation:
25-02-2018

Sabodala Gold Operations Mining, Sénégal

Contamination par les terres, le déplacement et les métaux lourds; Les habitants perdent leurs sources de moyens de subsistance depuis le début de l'exploitation minière en mars 2009. La sécurité alimentaire de la région est mise en danger.



Description:

En Français Ci-Dessous ----- Teranga Gold Corporation (TGC) détient un permis d'exploitation minière pour le gisement de Sabodala Gold et de nombreux autres multinationales détiennent des permis d'exploration dans la région de Keédougou. Pourtant, les habitants ne bénéficient pas du tout de cette activité. Sabodala et les villages environnants vivent traditionnellement des activités agro-pastorales et le panoramique artisanal a été pratiqué pendant la saison sèche déjà courante pendant la précoloniale. Les villages de Sabodala et Falombo ont été les premiers à perdre leurs dépôts de panoramique en or lorsque les multinationales se sont installées. L'exploitation industrielle du métal précieuse a considérablement réduit les surfaces cultivables tout en polluant les rivières et l'environnement, en raison du vidage incontrôlé des métaux lourds et des produits toxiques.

Les métaux lourds. Le premier site d'extraction d'or artisanale capturé par TGC a été le Gora One en 2015. Lorsque l'entreprise saisit les sites précédemment exploités par les mineurs, ceux-ci ne sont pas indemnisés et aucun site alternatif ne leur est proposé. Les mineurs artisanaux se réunissent en groupes d'intérêt économique et tentent de poursuivre leur activité. Dans la région de Kédougou, ils sont estimés entre 15 000 et 50 000. Les conflits les plus violents éclatent lorsque TGC convoque les mineurs artisanaux pour quitter leurs sites. Ce fut le cas en février 2016 lorsque les habitants de Sabodala et Khossanto ont protesté contre la fermeture de leurs sites miniers. Sabodala et les villages environnants (Mamakono, Falombo) restent enclos après plus de huit ans d'exploitation industrielle car la route entre Kédougou et Sabodala n'a jamais été pavée. L'infrastructure en général n'a pas été améliorée. Plusieurs municipalités ne bénéficient de l'énergie électrique que quelques heures par jour. C'est le cas de Saraya. Les irrégularités dans les procédures administratives ont été dénoncées.

Selon le code minier, l'évaluation de l'impact environnemental (EIA) aurait dû être menée avant l'octroi de la concession. Cependant, l'EIE a été validée en 2007, deux ans après l'octroi de la concession d'exploitation en 2005. Les fonds alimentés par TGC pour le programme d'extraction sociale ont été retardés depuis longtemps tandis que le conseil technique en charge de sa mise en œuvre n'a pas été doté des moyens nécessaires pour mener à bien sa mission. TGC accorde 125 millions de francs CFA par an au fonds du programme. Il a permis, entre autres, la création d'un domaine d'un hectare pour le jardinage du marché chez Mama Khono (Source Enda Lead et Rosa Luxemburg Foundation). Ces quelques projets palliatifs ne changent pas la tendance à une réduction drastique de l'activité agro-pastorale et à une augmentation exponentielle du chômage des jeunes. Au moins 19 000 personnes ont été déplacées (Source Enda pronat), dont le village Danbankhoto qui a été entièrement reconstruit à 5 kilomètres de son emplacement d'origine en 2011. La plus grande source de mécontentement parmi la population reste le manque d'emploi pour les jeunes des villages de la concession. Au moins 60% des travailleurs TGC ne sont pas de la région de Kédougou. Le 23 décembre 2008, les étudiants ont émeuté à Kedougou pour protester contre la pauvreté persistante et le manque de création d'emplois pour les jeunes de la mine, qui était en construction à l'époque. Une personne est décédée dans les émeutes, les bâtiments publics ont été brûlés et plusieurs civils ont été blessés. Les femmes sont celles les plus touchées dans leur vie quotidienne. Ils ne peuvent plus cultiver leurs champs et ne peuvent donc plus fournir correctement leur famille. La sécurité alimentaire est constamment compromise. Les femmes de plusieurs villages (y compris les villes et SADEV, en partenariat avec Oxfam, fournit un soutien ponctuel au GPF pour renforcer leurs activités de jardinage et d'élevage de volaille.

---- En Français ----- Tandis que Teranga Gold Corporation (TGC) Détient un Permis d'Exploitation du Iragement d'Or de Sabodala et de Nombreus Autres Multinationales Détiennant des Permis D'Exploration des plans la Même de Kédougou, Les populations locales ne bénéficientes de la cpette activité. Sabodala et les villages aux alentours vivaïent traditionnels des activiss agro-pastorales et l'orpaillage artisanal était un de pratique courante pendant laaison sèche dujà à l'époque précoloniale. Les villages de Sabodala et de Falombo aTé les premiers ministres à Perdre leurs griches d’OrpaRillage face artisanale à l’arrivée des multinationales. L’EXPLOITATION INDUSTRIELLE DU MÉTAL PRÉCIEUX A CONSIDÉRABLATION RÉDuit les surfaces cultivables TOT en polluant Les Cours d’Eau et l’environnement, Provoé par le déversement Inconstrôlé de Métaux Lourds et de produit Toxiques. Le site de premier plan d'orpaillage accaparé par tgc a été celui de gora en 2015. lorsque l'entreprise se saisit de sites jusque-là exploités par les orpailleurs ces Derniers ne Sont Point compensés et aucun Site alternative alter leur est proposé. Les Orpailleurs Artisanaux Sont Rassembes en Grouses d’Idérêt écononomique et essaient malgré de continuer Leur activité. Dans La Région de Kédougou, Leur Nombre est estimé Entre 15.000 et 50.000. Les conflits les plus violents éclatent lorsque tgc somme les mine artisanaux de trembly leurs sites d'orpaillage. Ce qui a été le cas en février 2016 lorsque les populations de sabodala et khossanto aT manifesté pour protestre contre la fermeture de Sites d'Orpaillage. Sabodala et les villages avoisinants (Mamakono, Falombo) Enclavés reposent aptrès plus de huit ans d’ploitation industrielle puisque la route entre kédougou et sabodala n’a jamais été goudronnée. Les infrastructures de faça Général n’ont pas été améliorées. Plusieurs Communs ne Bénéficient du Courant que Quelques Heures par jour. Ce qui est le cas de Saraya. Des Irrégulates dans les Procédures à Suivre at été décrétèques. Selon Le Code Minier, L’Etude d’Ampatts Environnementaux (Eie) Aurait Dû Être Méné Avant l’Octroi de la Concession. Cependant, L'Eie a Été Validee en 2007, Soit deux Ans APRÈS L'OCTROI DE LA CONCRESSION D'EXPLOITATION EN 2005. Les Fonds Alimentté Par Tgc pour le programme Social Minier se Sont Fait LongTemps ALORS LE LE CONSEIL TECHNIQUE CHARGÉ DE SA SA Mise en ŒUVRE N'A PAS ÉTÉ DOté des Moyens Nécesses pour Mener à Bien bien Mission. Le Fonds est alimenté à Hauteur de 125 millions de francs cfa par an par tgc. Il a permis Entre Autres l’installation d’un champion d’hectare pour la culture maraichère à mama khono (Source Enda Lead et Fondation Rosa Luxembourg). Ces quelles projets palliatifs ne changent en rien la tendance vers une diminution unie drastique de l'actipé agro-pastorale et une augmentation exponentielrielle du chômage chez les jeunes. AU Moins 19.000 Personnes Ont été Déplatés (source enda pronat), Don't le Village Danbankhoto qui a été entièment reconstruit à 5 kilomés Les Jeunes des Villages dans la concession. AU Moins 60% des Ouvriers de Tgc ne Sont pas Originaires de la Région de Kédougou. Le 23 Décembre 2008, Les étudiants se Sont révoltés à Kédougou pour le manifestant contre la Pauveté persistante et le manque de création d'emploi pour les jeunes dans la mine, à l'époque en phase de construction. Une personne est la décédée dans les affrontements, des bâments publiques aTé inté incendiés, Plusieurs CivilS Ont été bénis. C’est le Quotidien des Femmes qui est le plus affecté par l’industrie minière. Elles ne peuvent plus cultiver leurs champs et donc ne peuvent plus sous-vhenir correction aux beesoins de leurs familles. La Sécurit Alimentaire est Constamment Mise en Péril. Villages des femmes de plusieurs (Notamment des Ville et Villages de Khossanto, Mamakono, Faloumbou, Sabodala et Madina etc.) La Région, raconte que Sadev et la Lumière. Sadev, en Partenariat Avec Oxfam, Vient en aide poncTuellement aux gpf afin de renforcer leurs actintis de maraichage et naviculture.

Informations essentielles
Nom du conflit:Sabodala Gold Operations Mining, Sénégal
Pays:Sénégal
État ou province:Kédougou
Localisation du conflict:格拉纳达,el Castillo,El Dorado,Cubarral,SanMartíndeLosllanos
Précision de l'emplacementÉLEVÉE (Niveau local)
Origine du conflit
Type de conflit. 1er niveau:Extraction de Minerais et Matériaux d'Extraction
Type de conflit: 2ème niveau:Exploration de minerais
Bassins de résidus provenant des mines
Conflits liés à l'acquisition de terres
Marchandises spécifiques:Or
Détails du projet et des acteurs
Détails du projet

Français Ci-Dessous ------ Sabodala Gold Mine est la première mine d'or industrielle sénégalaise. Elle fonctionne depuis mars 2009. Le permis d'exploitation a été accordé en 2005 à la société australienne Mineral Deposits Limited (MDL) qui exploitait la mine via Sabodala Gold Operation (90% de son capital appartenait à l'origine à MDL). La zone initiale couverte par la concession minière était de 20 km2. Dans son accord avec le gouvernement sénégalais, MDL a bénéficié d'exonérations d'impôts et d'autres avantages. La participation de 10% du gouvernement au capital de Sabodala Gold Operation (SGO) ne serait rémunérée qu'une fois que MDL aurait remis à partir de son investissement initial (20 millions de dollars américains). En novembre 2010, Teranga Gold Corporation (TGC) a acquis 90% de pièces de MDL à SGO. Les 10% restants appartiennent au gouvernement sénégalais. De plus, la filiale de la filiale de TGC, Oromin Joint Venture, possédait un permis d'exploration dans la région de Golouma (212,6 km2), y compris les dépôts de minerai de Masato, Golouma West, Golouma South, Kerekounda, Kouroulou, Niakafiri South-East, Niakafiri South-West et Maki. La convention minière en avril 2015 avec le gouvernement sénégalais a fusionné les deux concessions du TGC de Sabodala et Golouma, créant une zone de concession de la mine d'or de Sabodala qui couvre 245,635 km2. La société canadienne dirige ses opérations via ses deux filiales sénégalaises: SGO et Sabodala Mining Company. La mine d'or de Sabodala a atteint un niveau de production record entre avril et juin 2017 de 57,557 onces d'or (équivalent à 6 tonnes). Depuis 2012, la moyenne de production annuelle de la mine est de 210 000 onces. Plus de 55 permis d'exploration ont été accordés à plus de 40 entreprises dans toute la région de Kédougou. Outre TGC, deux autres sociétés minières ont obtenu des permis d'exploitation d'or dans la région: Toro Gold et Randgold. Ces deux autres mines d'or sont sur le point d'entrer en service.

Voir plus
Superficie du projet:24 563 500
Niveau d'investissement:200 000 000
Type de populationRurale
Population affectée:20,000
Début du conflit:01/01/2009
Nom des entreprises privées ou publiques:Teranga Gold Corporation (TGC) from Canada
Mineral Deposit Limited (MDL ) from Australia - It was the company to be originally being granted the exploitation permit
Sabodala Gold Operations from Senegal - Currently exploiting Sabodala Gold mine, for TGC
Sabodala Mining Company SARL (SMC) from Senegal - Currently exploiting Sabodala Gold Mine, for TGC
Oromin Joint Venture Group (OJVG) from Virgin Islands (U.S.) - Permis d'exploration du gisement de Golouma obtenu en Février 2007
Acteurs gouvernementaux pertinents:Ministère des Mines, Conseil Rural de Khossanto, Service Régional des Mines et de la Géologie et Division Régionale de l'Environnement et des Établissements Classés (Kédougou)
Organisations pour la justice environnementale (et autres soutiens) et leurs sites internet, s'ils sont disponibles:La Lumière, Coalition "Publiciez CE Que Vous Payez", Fondation Rosa Luxembourg, Enda Pronat, Sadev, Oxfam America, Amnesty International, Enda Lead Afrique Francophone, Réseau des Personnes Affectées Par les Oppérations Minières
Conflit et Mobilisation
IntensitéMOYENNE (manifestations de rue, mobilisation visible)
Niveau de conflitEn REACTION à son exécution (pendant la construction ou l'opération)
Groupes mobilisés:Mineurs artisanaux
Agriculteurs
Communautés autochtones ou traditionnelles
Organisations internationales pour la justice environnementale
Organisations locales pour la justice environnementale
Voisins/Citoyens/communautés
Femmes
Formes de mobilisation:Développement d'un réseau/action collective
Engagement d'ONG nationales et internationales
Militantisme s'appuyant sur les médias/médias alternatifs
Campagnes publiques
Manifestations de rue/protestations
Impacts du projet
Impacts EnvironnementauxVisible: Pollution atmosphérique, Perte de biodiversité (animaux sauvages, diversité agro-écologique), Insécurité alimentaire (dommages aux cultures), Perte de paysage/dégradation esthétique, Pollution sonore, Pollution des sols, Pollution des eaux de surface / Baisse de la qualité (physico-chimique, biologique) des eaux, Pollution ou diminution des eaux souterraines, Réduction de la connectivité écologique / hydraulique, Déversements de la digue contenant les déchets de la mine
Potentiel: Désertification/Sécheresse
Autres impacts environnementauxexplosions
Impacts sur la santéPotentiel: Exposition à des risques complexes aux conséquences inconnues ou incertaines (radiations, etc...), Malnutrition, Problèmes mentaux incluant le stresse, la dépression et le suicide, Violence liée aux impacts sru la santé (homicides, viols, etc...), Maladies et accidents professionnels, Maladies infectieuses, Autres maladies liées à des facteurs environnementaux, Problèmes de santé liés à l'alcoolisme, la prostitution
Impacts socio-économiquesVisible: Déplacement, Perte des moyens de subsistence, Militarisation et augmentation de la présence policière, Impacts spécifiques sur les femmes, Spoliation des terres, Perte du paysage/sentiment d'appartenance au lieu, Perte du savoir/pratiques/cultures traditionnels.lles
Potentiel: Augmentation de la corruption/cooptation de différents acteurs, Augmentation de la violence et des crimes, Problèmes sociaux (alcoolisme, prostitution, etc...), Violations des droits de l'homme
Résultats
Statut du ProjetOpérationnel
Résultats / réponses au conflit:Migration/déplacement
Développement d’alternatives:En Français Ci-Dessous ---- La sécurité alimentaire est en danger dans la région, les porte-parole des ONG et des villages locaux demandent aux autorités publiques et à TGO pour assumer leurs responsabilités et considérer ce risque au sérieux afin de l'empêcher à temps ( Rosa Luxembourg Foundation, Enda Pronat); Les revenus du gouvernement national devraient être redistribués aux communautés locales; TGO devrait s'engager pour une politique d'emploi durable des jeunes locaux; Établir des mécanismes de rémunération équitables et des terres alternatives pour les sites artisanaux perdus.
---- En Français ----- Les ons LOCALES ET LES CHEFS DE VILLAGES DEMANDEENT AUX AUTORITÉS PUBLIQUES ET À TGO DE PRENDRE LE RISQUE D'INSÉCURÉ ALIMÉRAIRE AU SÉRIEUX AFIN DE LE PRÉVERIR ET TEMPS (ROSA LUXEMBOURG, ENDA PRONAT); Les Revenus Perçus par l’Etat Devraient étant Mieux Redistribué afin que les populations LOCALES EN BÉNÉFICIENCE; TGO DEVRAIT S’AGGager dans une politique durable Afin d’Engager des Jeunes Locaux; Établir des mécanismes de compensation Justes et des sites alternatifs pour les orpailleurs artisanaux.
¿Est-ce que vous considérez que ce conflit représente un succès pour la justice environnementale ?Non
Expliquez brièvement:Minage d'or industriel bénéfique pour les sociétés étrangères, les populations locales survivant grâce à l'assistance
------ L'Exploitation Industrielle de l'Or de Kédougou ne Profite Qu'AUX Compagnies Minières étrangères, les populations Localies survivent Grâce à l'assistanat.
Sources et documentation
Législation et textes juridiques pertinentes et liés au conflit

Code Minier de 2003
[click to view]

Références - de livres publiés, articles académiques, films ou documentaires publiés

Louise Prause, West Africa's golden future? Conflicts around gold mining in Senegal, 02/2016, Rosa Luxembourg Stiftung
[click to view]

Mining and Human Rights in Senegal, Amnesty International, May 2014
[click to view]

Mouhamadou Lamine Diallo, Mine d’or et développement durable - Quelques réflexions sur le site de Sabodala (Sénégal oriental), Echo Géo, Mars-Mai 2009
[click to view]

Activités minières et droits humains à Sabodala - Sénégal, La Lumière, 2006
[click to view]

Convention Minière Etat du Sénégal et Sabodala Gold Operations S.A. , 7 Avril 2015
[click to view]

Sabodala Mine Concession, Teranga Gold Corporation
[click to view]

Kédougou : Quand l’exploitation des mines est source de colère, Seneweb, 31/01/2009
[click to view]

Mine de Sabodala: Teranga Gold réalise une production record de 57.557 onces d’or entre avril et juin 2017, 116 Juillet 2017
[click to view]

Gouvernance des ressources minérales au Sénégal: Les OSC mette en place une coalition, Novembre 2011
[click to view]

Mines d'or du Sénégal: Sabodala, Terminus de la Mondialisation, 29 Octobre 2008
[click to view]

ONG La Lumière, Site officiel
[click to view]

Kedougou. L'ONG Sadev dote les femmes et les jeunes de Khossanto et de Sabodala en matériels, 22 decembre 2016
[click to view]

Projet d'Oxfam, Kedougou, pour le renforcement de la sécurité alimentaire, 2017-2017
[click to view]

Kédougou : Le front minier avance, celui de l’agriculture recule, «Osiwa» et «La Lumière» s’impliquent, 5 mai 2014
[click to view]

Kédougou : La lumière éclaire les orpailleurs sur les nouveaux règlements qui régissent l’orpaillage, 01/11/2015
[click to view]

(1) Exploitation de l'or de Sabodala : Comment les sociétés minières se sucrent sur le dos des populations et de l’Etat, 2 Août 2013
[click to view]

Les populations incendient des véhicules de « Sabodala gold operation », 16/02/2016
[click to view]

Kédougou : OSIWA et SADEV offrent un lot de 600 poussins aux femmes, 20/08/2015
[click to view]

Orpaillage artisanal à Kédougou : En route vers l’or équitable, 17 septembre 2015
[click to view]

Mineral Deposits Limited: Filing of Preliminary Prospectus for Teranga Gold Corporation, October 20, 2010
[click to view]

Abdoulaye Seck, Sabodala, une richesse qui profite aux autres, Amnesty International, Campagne Sénégal
[click to view]

Méta-informations
Dernière actualisation25/02/2018
ID du conflit:2945
Commentaires
Legal notice / Aviso legal
We use cookies for statistical purposes and to improve our services. By clicking "Accept cookies" you consent to place cookies when visiting the website. For more information, and to find out how to change the configuration of cookies, please read our cookie policy. Utilizamos cookies para realizar el análisis de la navegación de los usuarios y mejorar nuestros servicios. Al pulsar "Accept cookies" consiente dichas cookies. Puede obtener más información, o bien conocer cómo cambiar la configuración, pulsando en más información.